Paul-Armand Gette

De la pegmatite à la porcelaine ou La colère des Nymphes !
30 juin – 13 octobre
pag1web
pag2web
pag3web

Saint-Yrieix-la-Perche est, c’est bien connu, le berceau du kaolin sans lequel la porcelaine n’existerait pas. Sans Pegmatite et sans Feldspath pas de kaolin ! Nous avons là un bel enchaînement, qui tout logique qu’il soit, ne m’aurait mené à rien. Heureusement pour moi la mythologie est venue à mon secours en me soufflant que les Nymphes limousines n’avaient guère apprécié cette ample destruction de leur habitat favori et que, quand elles en avaient l’occasion, la colère les prenait et qu’alors la vaisselle passait généralement par les fenêtres comme en ce jour du 29 juin où Amandine défenestra une potiche qui s’écrasa au sol avec un joli bruit cristallin. Paul-Armand Gette.

FLUXUS / LA CÉDILLE QUI SOURIT / ART TOTAL / POÉSIE ACTION

Fluxus la cedille 1967
[Paul-Armand Gette]
FLUXUS / LA CÉDILLE QUI SOURIT / ART TOTAL / POÉSIE ACTION
Affiche.
Lund : Konsthall, [1967].
– 1 f. ; 39,5 x 30 cm. – Imprimé en typographie en noir sur papier gris-brun.
inv. n° 059 13

Une des deux affiches du festival organisé par Paul-Armand Gette et Turid Wadstein-Gette, composées par Paul-Armand Gette (l’affiche officielle n’était pas du goût de George Brecht, il y manquait la mention «La cédille qui sourit»). Elle est reproduite* dans Games at the Cedilla or the Cedilla Takes Off de George Brecht et Robert Filliou (New York, Something Else Press, 1967).
*Et non le «programme» comme l’écrit par erreur Anne Mœglin-Delcroix dans son Esthétique du livre d’artiste (page 91 de l’édition de 1997 et page 95 de l’édition de 2011).